Le capital humain est-il une source de croissance et un levier de compétitivité ?

 

time to adaptLe capital humain est non seulement source de croissance économique, mais aussi d’enrichissement pour l’individu lui-même.

La mise en avant du capital humain est relativement récente : elle a commencé dans les années 1960 avec les travaux de l’économiste Schultz reconnaissant un lien entre l’investissement dans le capital humain et le bien être individuel. Parallèlement, les analystes financiers ont mis en évidence dans les années 1970 l’écart croissant entre la valeur comptable d’une entreprise (book value) et sa valeur sur le marché (market value). Cet écart qualifié de goodwilltrouve son origine dans les investissements immatériels réalisés par l’entreprise et non reconnus comme tels par les normes comptables.

Le capital humain est un de ces actifs invisibles, le plus important car à la source des autres actifs immatériels à commencer par la réputation et la recherche-innovation. L’initiative en faveur du Reporting Intégré (IIRC) vise à aider les entreprises à mieux rendre compte que ces investissements immatériels sont au fondement de leur modèle économique et de leur compétitivité. Des indicateurs extra financiers sont par ailleurs utilisés par les entreprises pour prouver qu’elles sont soucieuses de leurs responsabilités sociales et environnementales.

Extrait d’une interview conduite dans le cadre de la Tribune Sciences Po de l’immatériel 2013-2014, dirigée par Marie-Ange Andrieux/ Avec les étudiants Sciences Po Elise Issoulié et Bruno Aires de Sa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher