skip to Main Content

Cerveau, sexe et apprentissage

cerveau H FCertains tests psychologiques tendent à faire penser que le cerveau des femmes serait plus doué pour le langage tandis que celui des hommes aurait des facilités pour se repérer dans l’espace.

Les femmes obtiennent de meilleurs résultats  dans les tests de fluence verbale – capacité à trouver des mots commençant par la même syllabe – tandis que les hommes se distinguent dans la rotation en trois dimensions.

En réalité, l’écart est très faible : de 10% à 15% . Et notons un fait intéressant : si les femmes et les hommes testés sont soumis à ces tests plusieurs fois dans une semaine, l’écart tend à disparaître.

Merci qui ? Merci la plasticité de notre cerveau, qui se remodèle en fonction des l’apprentissage et de l’expérience. Les différences dans les aptitudes verbales et spatiales entre hommes et femmes n’a donc  rien d’irréductible ou d’inné.

Mieux encore : chaque cerveau est unique. L’imagerie médicale (IRM) nous montre aujourd’hui qu’il existe plus de différence entre deux cerveaux masculins ou féminins, qu’entre un cerveau féminin et masculin.

Et les hormones dans tout çà ? Ont-elles une influence sur le cerveau, qui expliquerait des différences comportementales ?

Et bien là aussi, haro aux idées reçues ! Aucune étude scientifique n’a réussi à faire de lien entre le taux d’hormones et la variation de nos états d’âme. L’agressivité ne serait donc pas liée au taux de testostérone par exemple.

Les hormones agissent sur les neurones par l’intermédiaire de récepteurs spécifiques. Ces récepteurs sont nombreux dans les régions qui contrôlent les fonctions de reproduction,  mais rares dans le cortex.

Quand notre cerveau implique certains types de comportements, c’est par l’apprentissage culturel mais pas par déterminisme hormonal.

 

Myriam Keita-Brunet

Myriam a fondé et dirige Training Angel pour aider les DRH et les Directions Financières et Générales à valoriser le Capital Humain en prouvant son retour sur investissement financier et extra financier. Elle est portée par une conviction (et une énergie qui fatigue parfois son entourage) : le collectif rend possible ce que l’individu, seul, trouve insurmontable. Elle est aussi présidente d’un réseau de 200 membres RH et formation, InForm’Elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top
×Close search
Rechercher